Travailler au Canada

Le gouvernement canadien a des politiques très strictes pour protéger son marché du travail, garantir aux entreprises canadiennes l’accès à des employés qualifiés et minimiser les taux de chômage. C’est pourquoi il existe des programmes spécifiques pour les étrangers qui souhaitent travailler au Canada. La plupart du temps, les étrangers ont besoin d’un permis de travail pour travailler au Canada.

En règle générale, pour pouvoir travailler au Canada, l’entreprise qui souhaite embaucher un travailleur étranger doit demander une évaluation de l’impact sur le marché de travail (LMIA). Pour simplifier, on peut considérer une EIMT positive comme une autorisation que le gouvernement donne à l’entreprise canadienne pour embaucher un travailleur étranger. Obtenir une EIMT positive n’est pas une tâche simple. L’employeur doit fournir la preuve qu’il est incapable de trouver des candidats qualifiés pour les emplois proposés. Le processus d’EIMT a un coût de 1000$ pour chaque poste à pourvoir et peut prendre plusieurs mois à traiter, selon le poste. Plusieurs employeurs au Canada ne veulent pas suivre le processus d’EIMT. C’est pourquoi North Horizon Immigration Consulting met l’accent sur plusieurs solutions pour les professionnels étrangers qui souhaitent travailler au Canada.

Programmes qui n’exigent PAS d’EIMT

De nombreux programmes n’exigeant pas d’EIMT sont attrayants pour les employeurs canadiens qui souhaitent embaucher des travailleurs étrangers. Voici un bref résumé de chacun:

  1. Mobilité francophone

Ce programme est offert aux travailleurs étrangers qui se considèrent comme francophones. Généralement, cela signifie qu’ils maîtrisent le français (niveau minimum NCLC 7) et utilisent le français dans leur vie quotidienne ou avec leur famille. Les autres exigences sont:

  • Avoir une offre d’emploi à un niveau qualifié CNP code 0, A ou B.
  • L’offre d’emploi doit être en dehors de la province de Québec.
  • Le travailleur étranger a une expérience antérieure ou des études liées à l’offre d’emploi.
  • Le français n’est pas obligatoire pour le travail. Cela signifie que le poste n’a pas besoin d’obliger le travailleur à communiquer en français pour être admissible.
  1. Professionnels ALE

Ce programme est basé sur les accords de libre-échange conclus par le Canada avec plusieurs pays. Ces pays ont répertorié certains professionnels pouvant obtenir un permis de travail pour travailler au Canada à court ou à long terme après avoir reçu une offre d’emploi. Les autres exigences sont:

  • Le travailleur étranger doit être citoyen d’un pays ayant un accord de libre-échange avec le Canada, tel que le Mexique, les États-Unis, le Pérou, la Colombie, le Chili ou la Corée du Sud, l’Union européenne.
  • Le travailleur étranger doit prouver qu’il remplit les conditions requises pour occuper le poste proposé par le biais d’une formation et / ou d’une expérience professionnelle.
  • L’offre d’emploi doit figurer sur la liste des professionnels de l’ ALE. Les listes ne sont pas identiques pour chaque pays.
  1. Personnes mutées à l’intérieur d’une société

Ce programme vise à faciliter le bon fonctionnement d’une entreprise au Canada qui entretient des relations avec une entreprise à l’étranger, telle qu’une succursale, une société affiliée ou une filiale. Comme son nom l’indique, il s’agit d’un programme par lequel un employé d’une entreprise à l’étranger déménage pour travailler au Canada, dans la même entreprise opérant pour des raisons canadiennes. Les autres exigences sont:

  • L’entreprise qui emploie le travailleur étranger doit être enregistrée dans un pays figurant sur la liste de l’Accord général sur le commerce et les services (GATS) de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) ou avoir conclu un ALE avec le Canada.
  • Le travailleur étranger doit être un citoyen d’un pays figurant à l’AGCS ou ayant conclu un ALE avec le Canada.
  • L’offre d’emploi doit concerner un poste de direction, de gestion ou de travailleur spécialisé.
  • Le travailleur étranger doit prouver qu’il remplit les conditions requises pour occuper le poste proposé par le biais d’une formation et / ou d’une expérience professionnelle.
  1. Jeunes professionnels, vacances-travail et coop internationale

Le Canada a conclu des accords bilatéraux avec certains pays pour faciliter la mobilité des jeunes professionnels. Ces catégories relèvent du programme Expérience internationale Canada. Les exigences varient d’un pays à l’autre, voici une liste générale:

  • Le travailleur étranger doit être citoyen et résider dans le pays participant à ce programme. Cliquez ici pour voir la liste.
  • Le travailleur étranger doit être âgé entre 18 et 30 ou 35 ans.
  • Pour le jeune professionnel et la coopérative internationale, un employeur canadien doit fournir une offre d’emploi de niveau CNP code 0, A ou B.
  • Vacances-travail est un permis de travail ouvert et ne nécessite pas d’offre d’emploi.
  1. Permis de travail ouverts

Un employeur ne peut pas aider un travailleur étranger à obtenir un permis de travail ouvert. Le travailleur étranger doit posséder ce permis seul, généralement à la suite d’un autre programme d’immigration. Les exemples sont:

  • Un étudiant étranger diplômé et titulaire d’un permis de travail post-diplôme.
  • Un étudiant étranger qui participe à un programme d’étude / de travail coopératif et peut travailler à temps plein.
  • L’époux ou le conjoint de fait d’un étudiant étranger titulaire ou d’un permis de travail ouvert post-diplôme..
  • Un titulaire d’un permis de travail ouvert pour vacances-travail.
  • Un demandeur d’asile en attente d’une décision sur son cas qui détient un permis de travail ouvert.

La plupart des programmes énumérés ci-dessus ont un processus de demande très spécifique qui peut être complexe et nécessite une attention particulière aux détails. Prenez rendez-vous avec notre consultante en immigration réglementée pour examiner tous les détails de votre cas, déterminer le programme le mieux adapté à votre situation et commencer votre demande.